« Règle » des 7 erreurs de langage à éviter avec les enfants

Le poids des mots… Nous n’y faisons pas toujours attention et pourtant, certaines de nos phrases/expressions, même celles qui semblent anodines, peuvent heurter et faire de la peine à la personne en face.
Voici un petit exemple de phrases et expressions bonnes à bannir (ou au moins réduire) de notre vocabulaire, pour (re)donner confiance, féliciter, encourager, éduquer, … nos enfants, mais aussi entre adultes 😉

1 – « tu es nul », « tu es fort », « tu es gros », etc, utilisés à répétition ou quotidiennement sont des étiquettes qui façonnent la personnalité de l’interressé. C’est une prison verbale dont il est très difficile de s’échapper. Chez l’enfant, même les étiquettes censées être positives comme « tu es intelligent » ont des conséquences néfastes dans la mesure où l’enfant aura peur de perdre cette étiquette « trophée » et sera tenté de mentir pour cacher un échec.

Ainsi « tu es » serait à proscrire au maximum pour libérer les personnes des étiquettes donnés, décrire une situation avec une phrase observatrice aura un impact constructif, tel que – à la place de « tu es intelligent » dire par exemple « quel beau travail, je suis très fière de toi » – ou – à la place de « tu es nul » « il va être nécessaire de reprendre cet exercice »

 

2 – Pour le « non », opter tout de suite pour des informations utiles, proposant des choix ou en s’appuyant sur les aspects positifs de ce qui est déjà réalisé pour que l’enfant ajuste lui-même ce qu’il doit corriger tel que « tu ne devrais pas l’utiliser ainsi, il va se casser » ce qui reprend la liste 1, développer la communication.

La règle numéro 1 est d’établir des règles ou montrer les aspects positifs et négatifs d’un objet plutôt que de poser des interdits. Exemple : vous ne souhaitez pas qu’il s’approche du feu, dès les premières fois, se présenter devant avec l’enfant ou la personne et lui dire « tu vois, c’est très joli mais si l’on s’approche ça brûle, alors comme je le fais, il faut toujours rester éloigné comme nous le faisons maintenant toi et moi ». Il s’agit ainsi d’indiquer quoi faire plutôt que ce que l’on ne doit pas faire.

 

3 –  « Crier sur un enfant pour lui demander de se calmer est pour le moins paradoxal » comme le précise justement *Isabelle Filliozat

Conclusion, essayer de toujours, dans la mesure du possible, garder son calme et réagir sereinement.

 

4 – La présomption d’échec tel que « ne cours pas, tu vas tomber », dans la mesure du possible, plutôt que de voir le mal partout, prendre le temps de le guider ou lui montrer ce dont il a besoin pour réussir comme lorsque l’on apprend à son enfant à faire du vélo, si les gestes sont montrés, l’enfant ne pourra que réussir et ainsi renforcer sa confiance en lui.

 

5 – Le mensonge de confort tel que « si tu embêtes papi, tu n’auras pas de gateau », mentir pour avoir le calme sans se mettre en cause peut très sérieusement remettre en cause votre autorité et crédibilité et ce type de mensonge implique une menace qui dépeint le monde comme un lieu hostile.

 

6 – Le chantage et les récompenses, les exemples les plus courants sont le chantage au père Noël et ses cadeaux, le chantage aux bisous pour être aimer d’une personne et le chantage au châtiment corporel qui n’a aucun pouvoir éducatif ( voir notre article « Embrasser… Non merci ).

Le problème avec le chantage est que la motivation pour agir ne vient pas des enfants et que c’est donc une stratégie stérile sur le long terme. Elle peut même avoir des répercussions négatives sur les comportements sociaux.

 

7 – Les comparaisons et les accusations sont humiliantes et génèrent de la méfiance, de la rancœur, alimente un esprit de compétition, un énorme manque de confiance en soi, favorise le mensonge et provoque une baisse de l’estime personnelle des enfants ou adultes pour développer un avenir serein.

 

NB : Les ordres aussi sont à bannir car ils à ranger dans la même catégorie que les menaces, les accusations, les chantage, les cris, les punitions, les humiliations verbales et physiques. Ils n’éduquent pas et sont trsè nocifs pour le développement du cerveau des enfants.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *